Non Descriptif Discret: Solo Show - Nullius in Verba

1 Octobre - 10 Novembre 2021
  • NON DESCRIPTIF DISCRET

    Solo Show - Nullius in Verba
  • L’exposition « Non descriptif discret » est née de l’émotion ressentie par l’artiste Nullius in Verba lorsqu’il a rencontré «...

    Gloria Petyarre, Bush Medicine Leaves

    Acrylique sur toile

    130 x 170 cm

    L’exposition « Non descriptif discret » est née de l’émotion ressentie par l’artiste Nullius in Verba lorsqu’il a rencontré « Bush Medicine Leaves », l’œuvre de Gloria Petyarre (1945-2021), artiste aborigène originaire de la région d’Utopia, en Australie.

     

    « Non descriptif discret » désigne ce qui ne peut être nommé ou défini, laissant la liberté à chacun d’interpréter les œuvres à sa manière : « se fier à l’expérience plutôt qu’aux dires et promesses ». 

     

    Une exposition qui oscille entre énergie et brutalité, mettant en lumière une nature enrichie par l’acte artistique : la peinture pour Gloria Petyarre et la photographie pour Nullius in Verba.

     

  • Nullius in Verba

    Sans titre, 2019

    Piezography

    70 x 100 cm

    Nullius in Verba

    Ni pseudonyme pour se cacher, ni formule à décoder pour se montrer, « nullius in verba » exprime simplement le souhait de l’artiste de rester neutre. De donner directement à voir les images sorties de son atelier. Sans médiateur. Sans médiation. Sans biographie.

     

    Pouvant être traduite par « ne croire personne sur parole », la devise « nullius in verba » exprime la volonté de se fier à l’expérience plutôt qu’aux dires et aux promesses.

     

    Faire plutôt que dire. Se taire plutôt que commenter. Laisser à chacun la liberté d’interpréter intimement ce qui le touche. En laissant la voie libre aux images et à ceux qui les regardent, Nullius in Verba s'inscrit dans cette même démarche de discrétion.

  • Quelques mots de l'artiste

    Sans titre, 2021

    Argyrotype

    38 x 28,5 cm

    Quelques mots de l'artiste

    « Quand, pour la première fois, j’ai vu une œuvre de Gloria Petyarre, je n’en savais rien.

     

    J’avais des indices. Il m'aurait suffi de regarder la toile, les peintures et les traces pour me faire une idée de l’identité de son auteur, du contexte géographique ou de l’époque.

     

    Mais rien. Rien de cet ordre-là vint à mon esprit. J’étais ailleurs.

     

    Peut-être dans l’urgence du geste, ou peut-être dans la délicatesse avec laquelle de gros coups de pinceaux donnaient à voir toutes les subtilités de la nature.

     

    J’étais néanmoins conscient d’être avantagé par ma méconnaissance totale des anecdotes sans importance. L’œuvre résonnait en moi.

     

    Peut-être parce qu’elle ne représente pas la nature altérée habituelle. Peut-être parce qu’elle n’a pas la distance imposée à celui qui regarde. Ou, parce qu’elle fait partie d’une nature que la peinture enrichit au moment même où la naturalité périclite. Je ne saurais pas le dire.

     

    Peu importe. Il y a longtemps que j’ai compris qu’une chose comprise n’est qu’une chose falsifiée, que l’histoire de l’art ne s’occupe que de l’anecdote, et qu’il n’y a pas de progrès possible dans l’art.

     

    Je l’aime peut-être simplement parce qu’elle me dépasse et me force à me dépasser ».

  • Sans titre, 2019, Piezography 28,7 x 21 cm