Alain Durand

L'Art de vivre sa passion

Né en France à Albi. Famille de photographes, études supérieures de Sciences de la Vie et de la Terre. Dès son enfance, la photo le passionne et accompagne sa vie. Il publie de nombreux reportages, articles de presse et livres consacrés à la photographie, la nature, les voyages et l’art. Très longtemps expatrié pour des raisons professionnelles, la motivation de ses choix fut la  découverte de nombreuses régions du monde, d’y voyager, d’y vivre et d’y apprendre, par goût pour « la différence »… 

De retour en France en 2012, à l’issue d’un long séjour vécu en immersion contemplative et en symbiose avec les populations et la nature exubérante des îles polynésiennes, il se consacre à la photographie d’art avec une évolution marquée vers l’imaginaire et le rêve. Même si Alain Durand n’élude aucun thème il revendique une parti pris affirmé pour des images qui tendent vers l’abstraction et, parfois, le minimalisme, même si, comme dans toute photographie, une part plus ou moins importante de réel se retrouve toujours en filigrane.

 

  « S’étonner et étonner, percevoir le monde en focalisant notre attention sur des détails qui, bien mieux que l’ensemble, ont la capacité d’induire sensations et émotions. Libérer l’esprit du modèle imposé et le laisser libre de son propre ressenti face à un ensemble de réalités partielles, partiales ou rêvées, que chacun peut s’approprier ou rejeter sans jamais les subir. Apprendre à voir et à imaginer ce qui n’est pas là, découvrir ce qui est caché ou même n’existe pas ! Notre rapport à l’image a changé et, bien souvent, l’imaginaire gouverne le réel. Le rêve-éveillé nous situe dans un environnement fait de lignes, de formes, de couleurs, de sensations où tout vibre, s’harmonise, se déchire, se rencontre ou s’oppose au gré des rencontres et des évènements de la vie.

On me dit parfois « photographe du bleu »! J’aime, en fait, toutes les couleurs, avec même une pédominance pour le noir et blanc et sa puissance stylistique! A y bien réfléchir mes rêves trouvent parfois leur origine dans ces multiples années passées en contemplation de l’incomparable pale6e des bleus des mers du Sud . 

Souvenirs de fantastiques plongées en solitaire dans le bleu profond des lagons de Tahiti, Moorea, Bora Bora et des atolls de Rangiroa, Tikehau ou, mieux encore, Fakarava!

« Propice à la rêverie et au mystère, à l’exploration de l’intime comme du cosmos, la nuit est une source d’inspiration infinie pour les artistes ». Daphne Bétard (Beaux arts Magazine). 

Pour ma part, je rêve souvent en Bleu et tente de photographier mes rêves ! »  A.D.

 

Donatien Rousseau écrit à propos de l’exposition des oeuvres d’Alain Durand au Musée Toulouse-Lautrec d’Albi et dans les jardins du Palais de la Berbie, du 3 juin au 21 octobre 2017:

« C’est ainsi que nous pouvons, grâce à la promenade photographique d’Alain Durand, regarder par la grande fenêtre de la photographie. Le photographe découpe, grâce à son viseur, une fenêtre subjective dans la réalité…

Les photographies présentées sont faussement calmes. Tout bouge, tout vibre dans cet atticisme photographique… Dans ce bel espace des jardins de La Berbie le photographe nous ouvre la fenêtre de son âme.

Le Tarn Libre, 2 septembre 2017 ».

 

Les œuvres d’Alain Durand sont exposées avec succès à la Galerie SONO de Norwalk CT, la banlieue Nord chic et branchée de New York et dans l’Espace SONO, 91 rue Saint-Honoré Paris 1er. Deux panneaux photographiques ont été sélectionnés par le jury de la Société Nationale des Beaux Arts pour être exposées à l’édition 2019 du Salon des Beaux Arts de Paris situé au Carrousel du Louvre.

        

Galerie SONO, Galerie d’Art Paris